Le pari mutuel qui est en vigueur en France s’oppose au bookmaking (en vigueur au Royaume-Uni par exemple).

Le pari mutuel consiste à mutualiser l’ensemble des enjeux misés par les parieurs en une masse commune.

Au PMU, cette masse commune est répartie de la manière suivante :

  • 70% aux parieurs, redistribuée aux gagnants au prorata de leurs mises
  • 7% à l’opérateur hippique (PMU, Zeturf, Betclic…)
  • 6% aux sociétés de courses. Elles organisent les courses, contrôlent le dopage et attribuent les prix pour chaque course.
  • 17% à l’Etat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *